Accueil Second degré Les réalisations d'élèves Collège de HAO: Aitomaitai, une légende polynésienne Comment réaliser un film d'animation avec sa classe ?

Présentation

Les élèves handicapés

Adaptation scolaire

Notes et circulaires

Les enfants malades

Comment réaliser un film d'animation avec sa classe ?

Les lignes ci-dessous présentent les différentes étapes qui permettent de créer un film d'animation. Il s’agit de faire découvrir et comprendre aux élèves les principes et les étapes de la réalisation d'un film d'animation tout en travaillant les compétences à acquérir dans les différents domaines des programmes officiels.Au cours de ce projet fédérateur, les élèves élaborent ce qui sera un objet visuel fini. Pour réaliser un film d’animation, l’équipement nécessaire est le suivant :

- un appareil photo numérique, un caméscope ou une webcam,
- un pied photo,
- des lampes de type halogènes.
- un ordinateur,
- des logiciels de tournage, de montage et de prise de son,

- un micro.


Etape 1 : Découvrir et définir le cinéma d'animation

Il s’agit ici pour les élèves de visualiser plusieurs films réalisés par des professionnels mais aussi des classes de tous niveaux. L'observation et les échanges qui s’en suivent permettent de découvrir différentes techniques du cinéma d’animation ( pâte à modeler, papier découpé,2D, 3D, sable, etc…).

Par ailleurs, de nombreux making of de films d’animation sont disponibles et permettent d’appréhender la technique de tournage image par image. Pour comprendre cette technique, il est envisageable de conduire, dans le cadre de séquences de technologie et de sciences, des activités visant à permettre aux élèves de construire un ou plusieurs objets optiques ( thaumatrope, zootrope, flip book…) qui leur permettront d’appréhender la persistance rétinienne.

Etape 2 : Rédiger le synopsis

L’écriture du scénario est l’une des phases les plus importantes du projet. Pour rédiger le scénario, il est possible d’utiliser les différents films d’animation qui ont été visionnés. Cela permet de dégager d’une part les critères de réussite d’un film d’animation mais aussi certaines régularités au niveau de la structure des récits. Ce travail sur la structure du texte peut bien entendu être renforcé par des lectures d’albums de jeunesse, de romans, etc. en lien avec le thème proposé aux élèves.

Avec ces éléments, il est demandé aux élèves de réfléchir à une ébauche du scénario, un synopsis. Comme toute production écrite, cette activité s’avère une des plus difficiles pour les élèves.

Alors que certains enfants rédigent complètement un scénario, il est possible de demander aux élèves qui rencontreront le plus de difficultés de ne pas rédiger mot à mot mais de noter simplement les idées principales, des mots clés.

Dans un premier temps, les enfants travaillent individuellement puis présentent leurs idées lors de la mise en commun. C'est là l'occasion de faire argumenter les élèves. Quelques synopsis sont alors conservés et, en groupe, les élèves sont invités à améliorer les premiers jets.

Enfin, un synopsis est choisi.

A partir de celui-ci, le travail sur le storyboard peut commencer.
Il s'agit de mettre en image le texte.

Etape 3 : Réaliser le scénarimage ou story-board  

Il s'agit de dessiner les plans du film. On peut travailler au préalable sur les notions de cadrage, de champ, hors-champ et sur l’échelle des plans.

Etape 4 : Rédiger le scénario. 

Certains dessins du story-board sont sélectionnés en fonction de leur pertinence par les élèves. Les élèves rédigent alors un court texte pour chaque plan à partir de ces dessins : un travail spécifique peut alors être mené sur la description, les portraits des personnages et les dialogues. Là encore, il est possible de proposer aux élèves de travailler en groupe. 

Etape 5 : Création des décors et fabrication des personnages 

En fonction de la technique choisie (pâte à modeler, papiers découpés, sable, etc) les élèves fabriquent les décors et les personnages.

Etape 6 : Tournage, l'animation 

Matériel et installation

Il existe plusieurs logiciels de tournage payants ou gratuits. Le logiciel Studio Pinnacle sur PC est assez complet et simple d’utilisation, il permet à la fois de tourner (capturer des photographies) mais aussi de monter le film. Sur Mac, le logiciel Istopmotion (il existe différentes versions plus ou moins complètes à choisir en fonction de l’utilisation désirée : Home, Express ou Pro) est extrêmement simple et très intuitif pour les élèves. C'est un logiciel qui est dédié au cinéma d'animation. Avec un caméscope numérique, il permet notamment de visualiser en fondu la dernière image prise avec l’image actuelle. Cela permet de vérifier en temps réel les mouvements et éventuellement de les corriger.

La lumière du jour ne doit pas pénétrer dans la salle de tournage afin de ne pas créer des variations de lumière. Les différentes scènes sont éclairées avec des projecteurs (3 points de lumière sont suffisants).

Le caméscope ou l’appareil photographique est fixé sur un trépied afin d’assurer sa stabilité.

Préparation du tournage

Les élèves vont mettre en mouvement les personnages. Il est alors fort utile de faire jouer les plans aux élèves afin d’anticiper les différents mouvements que devront faire les personnages pour prendre « vie », c’est-à-dire être « animés ». Les expressions du visage qui permettent d’exprimer les différentes émotions seront également découvertes et étudiées. Il est aussi possible de filmer les élèves et, à l’aide du logiciel Istopmotion, d’utiliser la technique du rotoscope. Celle-ci permet par exemple de mettre en parallèle sur l’écran de l’ordinateur d’un côté un film en prise de vue réelle montrant en gros plan un élève récitant un dialogue et de l’autre côté également en gros plan le personnage fabriqué par les élèves qui doit déclamer ce dialogue : il est alors très aisé de caler les mouvements de lèvres du personnage sur ceux de l’élève.

Le tournage

A l'aide d'un caméscope ou d’un appareil photographique numérique relié à un ordinateur, les élèves photographient image après image les différents plans qui ne sont pas forcément tournés dans l'ordre chronologique du film (utilité du storyboard : les élèves peuvent tourner à la suite tous les plans qui se déroulent dans un même décor) . Dans un film au cinéma, il y a 24 images par seconde. En animation, il est possible de se limiter à 12 photographies par seconde afin de ne pas rendre le tournage trop laborieux pour les élèves.

Les élèves animent alors les personnages ou objets, c’est-à-dire qu’ils décomposent les mouvements en plusieurs poses successives. Les élèves doivent alors apprendre à avoir des gestes très minutieux lorsqu’ils déplacent un personnage ou un objet. Avant de capturer ou prendre une photographie, les élèves doivent se retirer derrière les projecteurs afin de ne pas modifier la lumière (ombre portée).

Etape 7 : Prise de son 

Pour se faire, on peut utiliser le logiciel libre Audacity (PC) ou GarageBand (Mac) et un micro.

Les dialogues

Il est courant d'enregistrer les dialogues avant le tournage mais l’inverse est également possible. Un travail est alors mené autour de l’intonation.

La musique et les chants

Il est possible de créer la musique du film et même d’y mettre des paroles. On peut aussi utiliser des musiques libres de droit. Il est important de respecter les droits en matière de musique.

Les bruitages

Les bruitages peuvent également être enregistrés mais il existe aussi pour les bruitages plus complexes de nombreux sites internet qui proposent des bruitages gratuits ou payants.

Etape 8 : Le montage 

Hormis pour les utilisateurs de Studio Pinnacle sur PC, le montage se fait à l'aide d'un logiciel spécifique sur Mac, Imovie (gratuit, très simple d’utilisation) ou Final Cut (payant, beaucoup plus complexe et complet). Il existe bien entendu d’autres logiciels. Il s’agit alors d’associer les images et le son.

Etape 9 : La projection

Le film achevé, il doit trouver son public. Il est possible alors d’organiser une projection en avant-première puis d’inscrire le film à un festival où, s’il est sélectionné, il sera projeté devant un public de professionnel du cinéma, d’enseignants, etc. Il est très intéressant que les élèves participent à ces festivals qui offrent bien souvent en plus des projections des films sélectionnés, des ateliers et des leçons de cinéma.

Il existe de nombreux festivals mais on peut citer notamment :

  • -le festival Tahiti Nui Ananahi en Polynésie française.
  • -La nuit du court-métrage océanien du FIFO en Polynésie française.
  • -Le festival national du film scolaire et universitaire, Ciné-clap en métropole.
  • -Le festival international FESTIMAJ en métropole.

Bien entendu, chaque élève reçoit en fin d’année le dvd du film sur lequel il a travaillé durant l'année. Il est possible d’inclure sur ce DVD des photographies des élèves travaillant, à chaque étape du projet ou encore un making of. Le logiciel iDVD sur MAC permet d‘inclure ainsi de nombreux « BONUS ».

Des sites sur le cinéma d'animation

Il existe de nombreux sites généralistes offrant de précieux conseils techniques et pédagogiques

Association Française de Cinéma d'Animation: site de référence.

Les leçons du Professeur Kouro: émissions produites par Arte consacrées aux techniques du cinéma d'animation.

Fous d'anim: nombreuses réalisations, des dossiers et l’actualité de l’animation.

Animenbretagne: site qui comme son nom l’indique propose l’actualité bretonne (très riche) en matière d’animation.

La pâte animée: site d’un amateur d'animation en volume qui propose de visionner ses réalisations et surtout donne des conseils à travers un tutoriel détaillé.


Par ailleurs, les sites des différents logiciels cités présentent également des réalisations d’amateurs ou de professionnels.

 

Alecian Kevork